On confond souvent les lumens ou les lux. Nous nous trompons régulièrement en utilisant l’une de ces unités de mesure du flux d’un luminaire ou d’éclairement à mauvais escient.

De plus, on peut lire sur les emballages des ampoules et luminaires LED des indications comme 600 lumens sans pouvoir l’interpréter en tant que consommateur.

Pour être simple et direct :

  • les lumens représentent la quantité de lumière fournie par un luminaire ou une ampoule
  • et les lux sont la quantité de lumière reçue par une surface, un objet ou un meuble par exemple.

Pour illustrer, je compare la lumière à de l’air chaud et mon luminaire à un seiche cheveux.
Mon sèche-cheveux envoie une quantité d’air chaud à sa sortie, on peut comparer cela aux flux en Lumens. Plus j’écarte le sèche-cheveux de ma tête, moins j’aurai d’air chaud, on peut comparer cela au Lux.
Plus j’éloigne ma lampe de l’objet à éclairer, moins j’ai d’éclairement en lux, le flux lumineux en lumen de ma lampe reste identique.

Les lumens sont donc utiles pour être informé de la performance d’un appareil d’éclairage ou d’une ampoule. Pour comparer plusieurs produits d’éclairage et faire le bon choix entre différents types de lampes, le flux lumineux en lumen est une indication capitale.

Comment faire le bon choix de lumière ?

Pour aller un peu plus loin, la seule indication du flux lumineux n’est pas suffisante. Vous devez pour bien comparer des produits d’éclairage, rechercher les rendements exprimés en lumen par watt.
En effet une ampoule LED de 300 lumens avec 3W de consommation ne peut être comparée économiquement avec une autre ampoule LED de 6W avec un flux de 300 lumens. Le résultat en flux lumineux est le même mais la consommation électrique est doublée.

Les ampoules et luminaires LED sont très économiques en comparaison des autres sources de lumière. Mais attention : des écarts de qualité et de rendement existent. Si votre objectif est de faire des économies et d’équiper votre logement dans une logique de basse consommation, soyez attentif au rendement.
Les fabricants doivent indiquer le rendement sur le packaging. Si vous ne le trouvez pas, il suffit de diviser les lumens indiqués par la consommation en watt mentionnée.
Exemple : une ampoule LED d’une intensité lumineuse de 300 lumens à 3W a un rendement de 300/ 3 = 100 lumens par watt.

Quel angle de lumière ?

Bien, maintenant allons encore plus loin dans notre expertise. Pour bien choisir et comparer les produits,  une autre indication va être très importante : l’angle de diffusion de la lumière.

Pour illustrer mon propos, prenons la métaphore du jet d’eau. Avec le même jet d’eau,  j’arrose avec un jet très serré puis très large. Lorsque mon jet d’eau est très serré, j’arrose loin et très fort. Lorsque j’arrose avec un angle large,  je diffuse de l’eau très largement et de façon peu forte. Pour la lumière c’est la même chose. Un luminaire LED 100 lumens de 30° d’angle va éclairer très fort à son aplomb et très peu autour alors qu’une luminaire LED 100 lumens de 120° va fournir moins de lumière en dessous de celui-ci mais diffuser beaucoup plus largement.

Le choix d’angle de diffusion de la lumière est donc à rapprocher de l’usage du luminaire. Si vous souhaitez éclairer votre poste de travail, choisissez un angle plutôt serré alors que pour un éclairage général, optez pour un angle de diffusion de lumière ouvert.

Les Kelvins au service du confort lumineux

Enfin, pour être tout à fait précis et complet sur les notions de flux et d’éclairement, nous devons conclure par la température de couleur. La température de couleur désigne la teinte de blanc que nous choisissons. On les qualifie de chaude ou de froide.

Cette teinte s’exprime en Kelvin K.

  • En dessous de 3500 K, on considère que nous sommes sur des teintes chaudes allant du légèrement jaune à orangé. Ce sont les teintes du soleil au lever et au coucher.
  • De 3500 K à 4500 K, ce sont les teintes dites naturelles ou neutres. Cette échelle de valeur peut être modifiée en fonction des fabricants ; la température de couleur 5000k est parfois considérée comme neutre, pour ma part je la trouve déjà froide.
  • Enfin, pour les températures de couleur supérieures à 4500k, nous sommes dans les teintes froides passant du blanc neutre au bleuté.

La teinte a une réelle influence sur le rendement de l’appareil. En effet, une ampoule LED aura un rendement diminué de 10 à 15% sur une teinte chaude de 2700K comparée à sa sœur jumelle de 4000K. Les luminaires KOOMS proposent le changement de teintes piloté : vous avez la possibilité de choisir votre teinte à tout moment via l’application. Toutefois, votre rendement d’appareil sera légèrement moins bon en teinte chaude.  Pour une source identique, le flux en lumen est moins important en teinte chaude qu’en teinte froide.

Les températures de couleur les plus utilisées en France sont réparties entre 2700K et 4000K. Le passage entre 2700K et 3000K est aussi important visuellement que le passage de 3000K à 4000K. L’échelle est dite logarithmique et non linéaire.

La température de couleur est là aussi souvent choisie en fonction de ses goûts et de ses usages. Par exemple, nous allons privilégier des teintes chaudes pour l’éclairage d’ambiance ou indirect, alors que les températures de couleur neutres comme en 4000K vont être utilisées dans la salle de bain et la cuisine.

Mais ceci n’est pas une règle et chacun a sa perception, son humeur. L’intérêt des luminaires connectés KOOMS avec la technologie SEERA, c’est de pouvoir faire varier cette température de couleur en fonction de l’usage, de l’heure et plus généralement de son envie.